• Philosophe chrétienne

Peut-on promettre d'aimer toute notre vie ?

Mis à jour : juin 3

C'est une tradition des mariages : les mariés échangent leurs vœux, se promettant amour, fidélité, assistance pour toute la vie. Mais peut-on tenir une telle promesse ?



Problème n°1 : l'amour ne se commande pas :


L'amour est un sentiment qui naît sans qu'on le veuille. Ne dit-on pas justement "tomber amoureux" ? On ne décide pas d'être amoureux : on se réveille un beau matin en réalisant qu'on aime. Tout comme ce sentiment naît, il s'éteint : un beau matin, on se rend compte qu'on n'aime plus.

Cela semble donc contradictoire de promettre d'aimer : on peut juste assurer "je t'aime", parce que c'est ce qu'on ressent au moment présent. Sans savoir ce que l'on ressentira demain.


Problème n°2 : on ne connaît pas l'avenir :


La promesse est par définition un engagement dans l'avenir. Mais l'avenir, qui le connaît ? Si on sait ce qui est arrivé hier, nous sommes incapables de savoir ce qui arrivera demain. Sera-t-on en mesure de tenir notre promesse ? Des obstacles, contre-temps, aléas, ne vont-ils pas surgir ?

De plus, on ne contrôle pas les événements qui arrivent. On ne peut pas s'arranger pour qu'ils aillent dans notre sens. Quand on s'engage pour un déménagement, pour un mariage, pour un remboursement, on assure qu'on fera quelque chose dans un temps qu'on ne contrôle pas, qui ne dépend pas de nous.


Problème n°3 : nous changeons :


L'identité personnelle n'est pas quelque chose de fixe : les goûts, les envies, les sentiments changent (#identité). Celui que je serai demain n'est pas la même personne que celui que je suis aujourd'hui et qui aime. Qui sait si j'aimerai encore ?

De la même façon, la personne que j'aime va changer. Qui sait si ce que j'aime chez elle ne changera pas, m'empêchant alors d'éprouver encore de l'amour ?

C'est ainsi que Pascal dit, dans ses Pensées :


"Il n'aime plus cette personne qu'il aimait il y a dix ans. Je crois bien : elle n'est plus la même, ni lui non plus. Il était jeune et elle aussi : elle est tout autre. Il l'aimerait peut-être encore telle qu'elle était alors."

Ainsi, la personne qui promet aujourd'hui d'aimer ne sera pas la personne de demain. Est-ce que la personne que je suis doit-être liée par une promesse que je n'ai pas faite, puisque j'étais différent quand cette promesse a été faite ?


Le fait que l'amour ne se commande pas, que nous ne savons pas de quoi demain sera fait, et que de toutes les façons nous changeons, doit tout logiquement nous amener à l'idée que promettre est un non-sens. Que doit-on faire alors ? Cesser de promettre ? ou promettre en sachant qu'on ne pourra peut-être pas tenir sa promesse, ce qui revient à mentir ?


La réponse au deuxième problème, sur l'imprévisibilité de l'avenir, dans cet article !

Et sur le changement d'identité : cliquez ici !

Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Philosophe chrétienne. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now