• Philosophe chrétienne

Non, vous n'aurez pas ma liberté de penser

Mis à jour : juin 3

Ces paroles, reprises de la chanson de Florent Pagny, laissent croire que nous possédons tous, de base, une liberté de penser. Et si c'était tout le contraire ?



Une liberté qui se gagne :


Nous sommes persuadés que nous sommes libres de penser. Mais quand on examine ce que signifie réellement être "libre de penser", on se rend compte que c'est tout l'inverse ! Nous ne naissons pas avec cette liberté : nous devons la conquérir.

Dans son petit livre Qu'est-ce que les lumières ? (1784), le philosophe allemand Emmanuel Kant explique que la liberté de penser est le but des Lumières. Être libre de penser signifie penser par soi-même. Le contraire est d'adopter des opinions. Une opinion est un avis tout fait qu'on n'examine pas.

Or, c'est la première étape dans notre vie : nous adoptons les avis, les opinions, de nos parents, de nos amis : opinions morales, religieuses, politiques. Ce n'est que vers l'adolescence que nous devenons capables de prendre du recul pour penser par nous-même. Mais peu d'entre nous l'ose. Pourquoi ? Kant donne deux explications :

- à cause de notre paresse : penser par soi-même demande des efforts et du temps. C'est bien plus simple et rapide d'adopter les avis des autres, le "prêt-à-penser".

- à cause de notre lâcheté : se détacher des opinions de nos parents, de nos amis, c'est prendre le risque de se retrouver tout seul, en désaccord avec nos proches. C'est aussi quitter notre confort intellectuel, pour entrer dans l'instabilité de la remise en question, sans savoir quand et si on en sortira.


Penser ou ne pas penser, telle est la question :


Penser, ce n'est pas adopter une opinion sans réflexion, sans examen. Penser, c'est faire usage de sa raison. Or, il n'y a pas trente-six milles façons de raisonner. La raison suit la logique. Elle établit des arguments, des contre-arguments. Penser est une activité exigeante. Penser, ce n'est pas penser n'importe comment, n'importe quoi.


Penser par soi-même, ce n'est pas penser seul :


Il est difficile de pouvoir acquérir la liberté de penser, s'il n'y a pas de liberté d'expression. En effet, penser par soi-même ce n'est pas penser en solitaire. Nous avons besoin d'autres qui pensent aussi par eux-mêmes, et vont pouvoir examiner nos arguments, en souligner les manques, les failles, pour redresser et corriger nos raisonnements. La liberté de penser est donc une entreprise à la fois individuelle est collective.

La loi française reconnaît la liberté d'expression. Elle parle aussi de liberté de pensée. La liberté de penser serait-elle donc un droit ? La réponse dans cet article !


Quand on est chrétien, doit-on renoncer à cette liberté de penser, pour se soumettre à ce que dit la Bible ? Pour le savoir, lisez cet article !

Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Philosophe chrétienne. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now