• Anne Lemétayer

Être scientifique et athée : une contradiction ?

Mis à jour : mai 5

Il paraît aujourd'hui évident qu'être scientifique implique d'être athée, que la raison est incompatible avec la foi. Pourtant, pendant longtemps, de nombreux scientifiques ont jugé que la science était impossible si Dieu n'existait pas.



La foi des scientifiques était-elle une foi de façade ?


Prenons par exemple le 17e siècle : les grands scientifiques de cette époque (Descartes, Pascal, Leibniz...) étaient tous croyants. Descartes, comme nous l'avons expliqué dans cet article, a prouvé l'existence de Dieu (#Descartes).

Mais cette foi n'est-elle pas juste de façade, pour s'assurer les bonnes grâces de la toute-puissante Eglise catholique ? En effet, en 1633 a lieu, en Italie, le procès du scientifique Galilée (croyant lui aussi), qui soutient (contre l'Eglise) que le soleil est au centre de l'univers, et que la terre tourne sur elle-même et autour du soleil. Menacé de torture, Galilée, alors âgé de 70 ans, se rétracte. Ce procès a de quoi refroidir plus d'un philosophe, qui y réfléchira à deux fois avant d'avancer ses thèses.

Est-ce pour cela qu'en 1637 et 1641, quand il publie le Discours de la méthode et les Méditations métaphysiques, Descartes prend soin d'y insérer des preuves de l'existence de Dieu ?


La raison humaine est-elle toute puissante ?


On présente souvent Descartes comme le philosophe qui a mis sur un piédestal la raison humaine. Être cartésiens veut dire s'appuyer uniquement sur la raison, le rationnel, la logique. Et rejeter la foi qui serait irrationnelle.

Mais Descartes est l'un des philosophes qui a le plus montré les limites de la raison humaine (avec Pascal) (#raison). Pour cela, il présente un étrange argument, dit "du dieu trompeur". Quand je calcule 2+3=5, je suis sûr d'être dans le vrai, non ? Eh bien non, rétorque Descartes. Imaginons que j'ai été créé par un dieu trompeur :


"Il se peut faire qu'il ait voulu que je me trompe toutes les fois que je fais l'addition de deux et de trois" Descartes, Méditations métaphysiques (1641)

Autrement dit, ce dieu trompeur m'a créé de telle sorte que quand j'obéis aux règles de la logique, de la raison, en fait je me trompe.


Les mathématiques sont-elles certaines ?


Ce que l'argument du dieu trompeur remet en question, c'est la certitude des mathématiques. Pourquoi les mathématiques nous apparaissent comme certaines ? Pourquoi cela paraît absurde de douter que 2+2=4 ? Parce que nous identifions ce qui est rationnel et ce qui est vrai. Si vous vous servez de votre raison pour faire un calcul ou une démonstration, si vous suivez la logique, alors vous êtes sûr... d'avoir raison ! Vous ne pouvez pas vous rendre compte que vous avez tort, parce que pour nous rationnel = vrai (#vérité).

Mais Descartes se pose cette question : qu'est-ce qui nous prouve que rationnel = vrai ? Autrement dit : qu'est-ce qui vient légitimer la raison humaine ?


Dieu, garant de la vérité :


Si vous êtes athée, alors rien ne prouve que rationnel = vrai. Et comme la science est fondée sur la raison, toute l'entreprise scientifique devient impossible !

Comment Descartes va-t-il s'en sortir ? En prouvant l'existence de Dieu, puis en montrant que Dieu n'est pas trompeur, qu'il est bon. Cala garantit que ce qui est rationnel est vrai. Dieu n'est donc pas seulement une concession faite à l'Eglise pour s'assurer la paix : il est le fondement de toute la science.


"et puisqu'on suppose que celui-là est un athée, il ne peut pas être certain de n'être point déçu dans les choses qui lui semblent être très évidentes, comme il a déjà été montré ci-devant ; et encore que peut-être ce doute ne lui vienne point en la pensée [...] jamais il ne sera hors du danger de l'avoir, si premièrement il ne reconnaît un Dieu." Descartes, Réponses aux secondes objections (1641)
Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Anne Lemétayer. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now