• Anne Lemétayer

Être cartésien, être athée : du pareil au même ?

Mis à jour : mai 1

Nombreux sont ceux qui se réclament du philosophe Descartes, se disant cartésiens, pour signifier par-là qu'ils sont athées. Mais Descartes était-il athée ?



Vérifier la sûreté de nos connaissances :


Descartes (#Descartes), philosophe français du 17e siècle, avait comme projet de réformer le système des sciences. Il trouvait en effet que les connaissances dites scientifiques n'étaient pas assez assurées : certaines se révélaient être fausses. Descartes voulait qu'on puisse être sûr et certain de ce qu'on affirmait en science.

Pour cela, il a remis en question toutes les connaissances qu'il avait acquises, en en doutant. C'était comme leur faire passer à toutes un test pour vérifier si elles tiendraient le choc face à la mise en doute. Ce test a eu un résultat terrible : aucune de ses connaissances n'a résisté à l'épreuve du doute.


Mon existence, première vérité certaine :


C'est alors que Descartes s'est dit : douter, c'est penser. Or quelque chose qui n'existe pas ne peut pas penser. Donc si je doute de tout, c'est que je pense ; et si je pense, c'est que j'existe. D'où la célèbre affirmation : "Je pense donc je suis", qui a été pour lui la première vérité absolument certaine.


La preuve de l'existence de Dieu :


Assuré uniquement de sa propre existence, Descartes s'est logiquement demandé ensuite si quelqu'un d'autre que lui existait. Il s'est penché sur l'idée que nous avons de Dieu : un être souverain, éternel, infini, immuable, omniscient, omnipotent, créateur. D'où pouvait provenir une telle idée ?

Soit les êtres humains en sont à l'origine, soit c'est Dieu lui-même qui en est à l'origine. Pour Descartes, il est impossible que les êtres humains soient à l'origine de cette idée, parce que :

- nous sommes des êtres finis, c'est-à-dire limités, imparfaits. En philosophie, on appelle cela la finitude humaine (#finitude). Tout autour de nous est limité, temporel, mortel. Il est impossible qu'un être fini, qui ne connaît que l'imperfection, la limite, le temps, la mort, puisse produire l'idée d'infini, de perfection, d'éternité.

- si nous sommes conscients d'être finis, c'est parce que nous pouvons nous comparer à l'idée d'infini. Si nous n'avions pas une telle idée en nous, nous ne serions pas conscients qu'il nous manque quelque chose. L'idée d'infini doit donc être première, et celle de finitude émerge par comparaison.

Conclusion : seul un être infini, parfait, éternel, peut produire l'idée d'infini. Donc Dieu existe, et il a mis en nous cette idée d'infini.


"Et certes, on ne doit pas trouver étrange que Dieu, en me créant, ait mis en moi cette idée pour être comme la marque de l'ouvrier empreinte sur son ouvrage [...]." Descartes, Méditations métaphysiques, 3e méditation (1641)

Mais ne peut-on pas objecter que cette foi est un faux-semblant, faite uniquement pour s'attirer les bonnes grâces de l'Eglise catholique ? La réponse dans cet article !


Il est intéressant de noter, pour finir, que Descartes dit de manière philosophique, ce que dit la Bible de manière poétique :


"Même il a mis dans leur cœur la pensée de l'éternité, bien que l'homme ne puisse pas saisir l'oeuvre que Dieu fait, du commencement jusqu'à la fin." Ecclésiaste 3 : 11 (la Bible, trad. Louis Segond 1910)
Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Anne Lemétayer. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now