• Philosophe chrétienne

Comment pense un scientifique ?

Mis à jour : mai 5

Illustration de la démarche scientifique à partir de deux cas d'actualité.



1°) Pourquoi le covid-19 atteint moins les enfants ?


Très rapidement, grâce à des données fournies par la Chine, on a su que les enfants étaient moins touchés par le Covid-19 : soit ils ne l'attrapaient pas, soit ils ne développaient pas de symptômes, ou alors des symptômes peu sévères. Mais d'un point de vue scientifique, ce savoir n'en est pas un.

En effet, ces statistiques sont des observations, la première étape de la démarche scientifique. Mais ce que vise tout scientifique, c'est connaître la cause de ce qu'il observe : pourquoi les enfants sont moins atteints ?

Tant qu'on ne connaît pas la cause, il n'y a pas de savoir. Il y a seulement des données. En tirer une affirmation du style : "rassurez-vous, les enfants ne sont pas atteints par le Covid-19", est abusif. C'est ce qu'on appelle une induction.

Le scientifique lui, formulera des hypothèses pour répondre à ce "pourquoi" : est-ce que c'est l'âge ? le développement du système immunitaire ? Puis vérifiera ces hypothèses grâce à des expériences.


2°) Pourquoi l'hydroxychloroquine n'est pas adoptée comme traitement contre le Covid-19 ?


Le docteur Raoult et son équipe ont émis l'hypothèse que l'hydroxychloroquine pourrait être un traitement efficace contre le Covid-19. Ils ont effectué des essais pour vérifier cette hypothèse, et les tests se sont avérés concluants. Alors pourquoi y a-t-il débat dans le milieu médical ?

Le but du scientifique est d'expliquer les phénomènes qu'il observe. Il veut dire la vérité. En effet, la vérité, c'est quand ce que je dis est conforme à la réalité (#vérité). Les explications avancées par les scientifiques doivent donc être confrontées à la réalité, pour être validées ou invalidées par les faits. C'est le but d'une expérience scientifique, ou expérimentation. Ce point distingue les théories scientifiques des théories non-scientifiques, qui ne peuvent ou ne veulent se confronter à la réalité.

Une expérience scientifique n'a pas pour but de valider l'hypothèse : au contraire, elle a pour but de la mettre en défaut, de la réfuter. L'expérimentation est une sévère mise à l'épreuve. Dans le cas des essais menés par le docteur Raoult, les médecins contestent ce caractère de mise à l'épreuve. Voici notamment deux points qui posent problème :

- le panel de patients sur lequel on a effectué les essais : ils présenteraient majoritairement peu de symptômes. Comment savoir si c'est le traitement qui les a guéris ou s'ils se sont guéris seuls ?

- pas de groupe témoin, c'est-à-dire de patients atteints du Covid-19 à qui on ne donne pas de traitement, ou alors au "faux" traitement (un placebo). La question revient donc : comment savoir si c'est le traitement qui les a guéris ou s'ils se sont guéris seuls ?

Enfin, l'étude n'a pas été publiée en entier. Or, la dernière étape de la démarche scientifique est d'accepter de se soumettre au regard de ses pairs, c'est-à-dire des scientifiques du même domaine. Ces derniers vont émettre des critiques, et refaire eux-mêmes des expériences pour voir si l'hypothèse tient le choc. L'accord de la communauté scientifique sur les procédures de vérification garantit l'objectivité de l'expérimentation et la validité des résultats.


Mais que doit-on faire alors, quand on n'y connaît rien ? Faut-il protéger ses enfants ou pas ? Prendre de la chloroquine ou pas ?

La parole scientifique est probablement la plus certaine de toutes les sortes de paroles, mais elle n'est pas infaillible, et demande du temps pour être vérifiée. C'est pour cela que nous avons besoin de sagesse (#sagesse). Réfléchissons et prenons les décisions qui nous paraissent sages.

Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Philosophe chrétienne. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now