• Anne Lemétayer

3 fondements du racisme

Quels sont les fondements du racisme ? Y sommes-nous tous exposés ? Que faire pour l'éviter ?



Dans cet article, nous avons montré que bien souvent, corriger l'erreur de la croyance en des races hiérarchisées ne suffit pas pour anéantir le racisme. En effet, les causes qui produisent le racisme sont plus profondes, plus inconscientes. Chacun de nous y est d'ailleurs exposé.

L'UNESCO publie en 1952 un petit essai intitulé Race et histoire, écrit par le philosophe, anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss. Il nous éclaire sur certains fondements du racisme.


Fondement 1: La confusion entre nature et culture


Parce que nous sommes élevés depuis notre enfance dans une culture particulière (une langue, une façon de manger, de dormir, de s'habiller, un art, une politique, des coutumes, etc.), nous oublions que nous avons dû apprendre cette culture. Nous en sommes tellement imprégnés que nous n'y pensons plus, au point qu'elle nous semble naturelle.

Par exemple, manger avec un couteau et une fourchette est pour nous habituel. Qu'on nous mette des baguettes entre les doigts, et nous voilà aussi maladroits qu'un enfant qui mange pour la première fois avec une cuillère. Cela nous donne l'impression que manger avec des baguettes n'est pas naturel, tandis que manger avec une fourchette le serait. Mais, en réalité, aucune de ces deux façons de manger n'est naturelle : elles sont toutes deux culturelles !


Fondement 2 : La confusion entre différence et infériorité


Parce que nos façons de faire, culturelles, sont si habituelles pour nous, toute différence se révèle difficile, désagréable. Et nous voilà plongés dans la seconde confusion : ce qui est différent est inférieur. Notre façon de faire est meilleure.

"Manger avec une fourchette, un couteau et une cuillère est tout de même mieux : c'est plus pratique, chaque outil permet des actions différentes et précises (piquer, trancher, pousser...), c'est plus distingué, on met plus facilement la nourriture dans sa bouche, etc." : les raisons ne manquent pas pour justifier notre supériorité.

Mais les façons de faire culturelles ne sont pas meilleures ou moins bien : elles sont juste différentes.


Fondement 3 : La confusion entre l'homme et l'animal


Puisque nous sommes persuadés que notre culture est naturelle et meilleure, nous avons tendance à rabaisser, mépriser, rejeter, maltraiter les autres. Tous les êtres humains devraient faire comme nous, puisque c'est la seule façon naturelle ! S'ils font différemment, alors ne devons-nous pas leur apprendre les bonnes manières ? C'est le colonialisme.

Ou bien, cela ne signifie-t-il pas qu'ils ne sont pas vraiment humains ? Leurs manières sont plus proches des animaux : ce sont des sauvages, des barbares. Ces deux mots se rapportent, dans leur étymologie, à la vie animale. Puisque ce sont des animaux, pas besoin de les traiter en hommes : c'est l'esclavagisme, c'est le génocide.


Race ou culture ?


Il y a évidemment d'autres causes qui mènent au racisme, mais il serait trop long de les développer dans un seul article. L'un d'elle, par exemple, est les associations d'idées inconscientes véhiculées par notre langue (la couleur noire est associée à la saleté, au danger, à la menace ; le blanc est associé à la pureté).


Nous ne sommes pas tous racistes, mais les différentes confusions qui fondent le racisme nous touchent tous. Il importe, pour déraciner le racisme mais aussi le rejet de la différence culturelle, la peur et l'infériorisation de l'autre, de déraciner ces multiples confusions. Il nous faut faire l'effort de penser.

Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Anne Lemétayer. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now